Explorer les rumeurs

La majeure partie des rumeurs sont négatives et portent atteinte au capital dit « immatériel » de l’entreprise. Elles affectent surtout l’image de marque, la réputation des managers, la notoriété des produits et la motivation des équipes. C’est pourquoi les décideurs publics et privés doivent prendre conscience du phénomène de rumeur et le comprendre. Le caractère « incontrôlable » de la rumeur ne saurait faire obstacle à la définition de mesures préventives ou d’actions plus « offensives » pour annihiler ou exploiter les rumeurs.

La rumeur peut emprunter de multiples formes comme la polémique, la légende, la petite phrase assassine, le bruit de couloirs, le canular, la calomnie. Elle est toujours non vérifiée, anonyme et circule rapidement au sein des groupes sociaux par le bouche à oreille humain ou par Internet. Comme le démontre Eric Sotto, le chef d’entreprise confronté à la rumeur doit surtout faire preuve de transparence. Il doit savoir entretenir des liens de confiance plus ou moins discrets avec des « influenceurs » situés dans son environnement (décideurs du secteur professionnel, journalistes, experts, personnalités publiques, relais d’opinion, têtes de réseaux…). Seule une réaction rapide et parfaitement ciblée sur l’ensemble des parties prenantes permet  de juguler ou d’éteindre la rumeur. A l’heure du Web 2.0 et de l’hypercompétition économique, chacun doit désormais se préparer à conduire des actions de communication « combatives ».

Article paru dans APS, Les Clés de l’IE

Post to Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Follow jb2point0 on Twitter Follow jb2point0 on Twitter