Blanc, gris ou noir ?

L’intelligence économique distingue l’information dites  » ouverte  » comme une information mise dans le domaine public par son détenteur et l’information  » fermée  » dont l’accès est interdit à des tiers. Dans des domaines comme la Défense, l’information fermée est classifiée en niveaux de confidentialité. Ainsi, comme le dit Laurent Hermel une même information va être  » totalement inaccessible à certains acteurs et totalement ouverte pour d’autres « .

Cette première distinction en entraîne une deuxième. Selon que l’information est délivrée plus ou moins volontairement par la source, elle sera  » blanche, grise ou noire « . Le blanc correspond à  » une information aisément et licitement accessible « . L’information grise est  » une information licitement accessible, mais caractérisée par des difficultés de connaissance de son existence ou de son accès « . Il faudra donc faire un effort pour y accéder (se rendre sur un salon, activer un réseau…). Quant au  » noir « , il s’incarne dans une information  » à diffusion restreinte et dont l’accès ou l’usage est explicitement protégé « . Or, l’acquisition illicite d’informations protégées s’appelle justement de l’espionnage.

In fine

cette distinction largement admise entre  » blanc, gris, noir  » délimite les frontières entre ce qui est autorisé et ce qui est interdit, ce qui est légitime et ce qui est illégitime. Elle invite clairement le chef d’entreprise à intégrer des règles de déontologie dans la façon dont il collecte, traite et diffuse l’information économique.

Post to Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Follow jb2point0 on Twitter Follow jb2point0 on Twitter