Clients de tous pays…

Chacun connait la pétition dite « classique », cet acte qui permet de signifier par écrit une position politique sociale à une institution ou à un décideur. Plus les signataires de la pétition sont nombreux, plus l’impact médiatique sera élevé et la pression importante sur la prise de décision. Ce que l’on sait moins c’est que les clients n’hésitent plus à faire appel aux signataires sur internet en lançant des pétitions on line.
La pétition on line expose rapidement les faits puis formule généralement une demande d’adhésion comprenant l’e-mail ou les coordonnées de l’internaute. Il existe quatre types de pétitions on line : la pétition avec envoi d’un courrier simple (l’internaute doit recopier une lettre type à envoyer) ; la pétition en push de type bouche à oreille (l’internaute va relayer le message par mail) ; la pétition directe avec inscription sur un site web (on voit alors le nombre de soutiens s’accumuler) et la pétition avec des liens hyper textes permettant l’accès à la boîte aux lettres électronique des personnalités (dirigeants, chefs d’entreprise…).
Désormais lorsqu’un client est mécontent il n’hésite plus à le faire savoir sur le web. Comme le dit le PDG d’Amazon Jeff Bezos: « Si vous rendez vos clients mécontents dans le monde réel, ils sont susceptibles d’en parler chacun à 6 amis. Sur internet, vos clients mécontents peuvent en parler chacun à 6000 amis ». La pétition on line est donc entrée dans les modes d’action des consommateurs car elle favorise la coalition d’intérêts immédiate. Le rapport du faible au fort a changé et les entreprises ne peuvent l’ignorer… Clients de tous pays unissez-vous !

Post to Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Follow jb2point0 on Twitter Follow jb2point0 on Twitter