Les grands secrets ne sont écrits nulle part

Intervention prononcée lors de la cérémonie de prestation de serment des Postiers de Bordeaux en présence de M.Fenni Directeur de la Poste le 30 octobre 2008

« Les grands secrets ne sont écrits nulle part ». Pourtant, depuis la nuit des temps l’homme a découvert les techniques lui permettant de graver, de dessiner et d’écrire… De grottes de Lascaux à la pierre de rosette, du papyrus de l’Egypte antique à l’imprimerie de Gutenberg, de la sténotypie à l’écriture numérique et ses milliards d’e-mails… La pensée profonde s’est faite message matériel , écriture mais aussi symbole.

« Les grands secrets ne sont écrits nulle part ». C’est pourquoi il a été nécessaire de protéger les secrets de la correspondance privée contre les indiscrétions, notamment celles du pouvoir politique et de l’inquisition policiére. Ce mouvement de protection de la vie privée n’a pas été spontané. Il est étroitement lié à la construction des libertés publiques et de la démocratie dans notre pays, mais cette reconnaissance du droit au secret des correspondances est aujourd’hui fragilisée par les évolutions profondes de la société.

Nous sommes dans une société de communication ou l’information circule dans des quantités exponentielles. Des milliards d’informations s’échangent par Internet, un email fait le tour du monde en 7 secondes et la quantité des informations disponibles s’accroît de façon vertigineuse. Au point même que le Professeur Di Cosmo parle  » d’infobésité  » pour caractériser cette réalité.

Nous sommes dans une démocratie pluraliste ou la transparence est devenue une référence sociale, pour ne pas dire un dogme. Aujourd’hui, tout doit être transparent. Transparence comptable des entreprises, transparence des débats parlementaires, transparence médicale…. Nous sommes dans un monde ou chacun se donne à voir : la publicité des grandes marques, le marketing des produits aux vertus imaginaires, la star académie, le loft, le blog, la web cam… On le voit bien, sous l’effet des technologies de l’information et de la communication, les frontières entre la vie privée et l’espace public s’estompent inexorablement…Les téléphones portables sonnent au restaurant, dans la rue et même dans les églises !

Et pourtant, il n’y a pas de démocratie sans  » secret « . Le libre choix démocratique repose largement sur le secret de l’isoloir qui seul garantie l’expression d’un vote  » libre et sincère « . Il n’y a pas non plus de liberté individuelle sans protection de la vie privée ; une partie de notre liberté consiste à écrire sans craindre d’être lu par des yeux indiscrets, loin de la censure et du contrôle du pouvoir.

Cette évolution de la société démocratique questionne évidemment notre cérémonie d’aujourd’hui. En effet, par la prestation solennelle du serment, vous devenez des défenseurs de la liberté des correspondances et par conséquence de la liberté d’expression et de conscience. Sentinelles aux  » avant postes « , vous devrez donc résister aux assauts de la transparence.

C’est pourquoi il existe des textes juridiques pour vous aider à garantir le secret des correspondances.

La convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950 rappelle en son article 8,  » le droit au respect de la correspondance « . Au sein de l’Union européenne , le secret de la correspondance est garanti par la Directive européenne 97/66 du 15 décembre 1997 qui fait obligation aux États membres de garantir, par leur législation, la confidentialité des communications passées par la voie des télécommunications et d’interdire  » à toute autre personne que les utilisateurs, sans le consentement des utilisateurs concernés, d’écouter, d’intercepter, de stocker les communications ou de les soumettre à quelque autre moyen d’interception ou de surveillance, sauf lorsque ces activités sont légalement autorisées « .

De même, il existe un régime de sanction sévère en cas de violation du secret des correspondances. Toute atteinte aux envois de toute nature confiés au service de La Poste, détournement, destruction, ouverture, vol du contenu ou révélation du contenu, constitue non seulement une faute professionnelle d’une extrême gravité mais aussi un délit réprimé par le Code Pénal (art.226-15 et art.432-9).

En qualité de postier, vous êtes appelé à détenir des informations internes qui doivent demeurer confidentielles, qu’elles portent sur la connaissance des modes opératoires, mesures de sécurité, règles en matière de manipulation de fonds et de valeurs ou sur les données relatives aux clients (situation personnelle, adresse, colis reçus, correspondances reçues, etc.). L’utilisation de ces dernières doit être strictement limitée au bon fonctionnement des services de La Poste. Ces informations ne sauraient, en dehors des cas expressément prévus par la loi, être diffusées à l’extérieur de La Poste ou communiquées au sein de l’entreprise, à d’autres collègues postiers qui n’ont pas à en avoir connaissance, c’est la notion du besoin d’en connaître.

N’oubliez pas qu’au-delà des obligations légales du code pénal, le serment professionnel que vous allez prêter repose sur un fondement moral. Les codes, les lois et les normes ne remplaceront jamais l’éthique individuelle de chacun et de chacune. En prêtant serment, vous reconnaissez librement (le serment est un acte personnel), vous reconnaissez aussi solennellement (le serment est un acte public) que vous êtes prêts à défendre les valeurs de votre métier.

La prestation de serment est un acte capital de la vie professionnelle qui vous engage pour toute votre carrière professionnelle, au respect des devoirs et des obligations de votre fonction.

C’est pourquoi mesdames et messieurs, au-delà du code pénal, le serment fait de vous aujourd’hui les membres d’une communauté professionnelle. Votre comportement individuel engagera à présent l’institution de La Poste dans son ensemble.

C’est pourquoi mesdames et messieurs le serment professionnel comporte en lui-même un grand risque: le risque du parjure; c’est à dire d’être définitivement flétri et désigné comme un individu dépourvu de morale. Votre comportement individuel vous engage à présent sur l’honneur.

Au delà de la technicité des règles de droit, le simple citoyen que je suis vous souhaite de réussir dans cette mission essentielle puisque  » les grands secrets ne sont écrits nulle part « 


Post to Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Follow jb2point0 on Twitter Follow jb2point0 on Twitter